Publié dans Chronique

Je suis une fille de l’hiver

⛄❄ Résumé ❄⛄

Lia et Cassie sont inséparables. Elles sont des « filles de l’hiver », prisonnières de leurs chétifs corps glacés, partageant tout, et pourtant concurrentes dans une course mortelle à la maigreur. Mais le jour où Cassie meurt, Lia se retrouve hantée par les souvenirs et ravagée par la culpabilité.

⛄❄ Mon avis ❄⛄

Merci aux éditions J’ai Lu pour l’envoi de ce petit bijou 💜 même si ça me fait un peu bizarre de qualifier ce livre de « bijou » étant donné le sujet abordé…

Pourtant, c’est vrai, cette lecture m’a terriblement marquée, et même si j’ai laissé passer quelques jours avant de me lancer à écrire cet avis, histoire de m’en remettre, je me retrouve devant mon écran avec bien du mal à retranscrire tout ce que j’ai ressenti…

Laurie Halse Anderson réussit de façon remarquable à nous plonger dans la tête et les pensées de Lia, et dans son chemin toujours plus prononcé vers l’anorexie, en nous rapportant ses émotions de façon si réaliste, c’en est bouleversant.

Même si, n’ayant jamais eu dans mon entourage de personne qui en souffrait, je reconnais que c’est un sujet que je ne maîtrise pas et dont je ne peux pas juger la justesse et la part de réalité présente dans ce roman, il n’en reste pas moins un récit puissant, fort, poignant, et très touchant.

Bref, c’est un livre qui vous prend aux tripes, à la fois triste et plein d’espoir, et dont vous ne ressortirez pas indemne. Et, bien que j’aie trouvé le dénouement un tout petit peu trop rapide, je vous le conseille très fortement ! (si vous êtes dans le mood pour vous attaquer à ce genre de sujet, ça va sans dire 😉 )

couv51755389
Autrice : Laurie Halse Anderson

Edition : J'ai Lu

Publication : 3 janvier 2018

Pages : 320

Prix : 8€

ISBN : 978-2-290-14605-7
Publié dans Chronique

Quand la nuit devient jour

🌛☁☀Résumé ☀☁🌜

« On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.

La dépression. Ma faiblesse.

Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.

J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. »

🌛☁☀ Mon avis ☀☁🌜

Un grand merci aux éditions J’ai Lu pour m’avoir fait parvenir ce livre qui m’intriguait depuis sa sortie en grand format.

Sophie Jomain, je la connais à travers tant d’autres ouvrages, à savoir Les étoiles de Noss Head, saga avec laquelle je l’ai découverte, Pamphlet contre un vampire, Felicity Atcock, Cherche jeune femme avisée et D’un commun accord, qui sont tous autant de romans et d’univers que j’ai bien plus qu’appréciés, c’est pourquoi je la considère comme une valeur sure.

Mais j’avoue que là, pour celui-là, j’étais curieuse. Parce que c’est un livre un peu différent de ceux que j’avais pu lire d’elle auparavant, parce qu’il aborde des sujets un peu délicats tels que la dépression, le mal être, l’auto destruction, l’euthanasie volontaire assistée, et aussi parce que ces sujets me touchent personnellement…

J’avais un peu peur aussi. Vis à vis du contenu, peur que les mots employés ne sonnent pas justes, mais aussi vis à vis de moi-même, peur d’y retrouver quelque chose qui me rappelait trop la réalité, peur que ce ne soit pas le bon moment pour le lire, peur que ça me fasse culpabiliser et qu’au final ça ne fasse plus de mal que de bien…

*Shame* J’aurais dû le savoir que je pouvais faire confiance à Sophie !

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’être invitée par les éditions J’ai Lu à un petit déjeuner pour célébrer leur 60ème anniversaire 🎂, et j’ai pu y croiser l’autrice et en discuter un peu avec elle. Je lui ai parlé de mes craintes, et au final, elle m’a rassurée et je me suis plongé la tête dedans. Et en plus j’ai eu droit à une dédicace en bonus héhé ! 😉 De simples mots, mais quand j’ouvre le livre et que mes yeux tombent dessus, ça me rappelle ce moment, cet échange, et ça me fait du bien. Sophie si tu passes par là, merci de m’avoir écoutée, merci pour ta douceur et ta gentillesse. ❤

Alors, on en parle de ce livre ? 😉

Comme toujours avec Sophie, j’ai passé un super moment, je n’ai pas vu le temps ni les pages défiler. Je me suis sentie très proche de Camille, de ses moments de doutes, de honte, de culpabilité, de ses questionnements, de ce sentiment de ne pas être à sa place… C’est un personnage que j’ai trouvé très crédible, presque réel, j’avais envie de la prendre dans mes bras, de la rassurer et de lui dire « Ça va aller, je comprends « . Auprès d’elle je me suis sentie un peu moins seule…

Et ça va peut-être vous sembler étrange mais j’ai beaucoup aimé le conflit avec ses parents, parce que ça met en avant cette incompréhension de la plupart des gens face à ces sujets-là, une certaine intolérance même parfois, et ça montre que justement, quand on est proche d’une personne, on ne comprend pas toujours les raisons de sa dépression/son choix d’euthanasie volontaire assistée, on cherche une explication logique, mais on ne peut pas vraiment expliquer la souffrance…

Du reste, il a raison, j’ai eu l’enfance qu’il soupçonne : idéale aux yeux des hommes. De l’amour, de la tendresse, des jeux… Mais le vide en moi s’étirait chaque jour davantage. J’étais comme étrangère à ce monde, à ce qui m’entourait, perdue quelque part, cachée dans un corps qui me semblait ne pas être le mien. Aux questions innocentes sur l’existence, sont venues se greffer de véritables réflexions. Pourquoi étais-je née ? A quoi servais-je ? Quel était le but de la vie si tout avait une fin ? Se lever, manger, travailler, dormir, cent fois, mille fois, dix mille fois, et mourir un jour. A quoi bon ? Il m’arrivait d’espérer que la Terre disparaisse. Qu’il n’y ait plus rien. Parce que je n’étais rien. Je détestais vivre.

Ce que j’ai vraiment aimé, c’est que Sophie aborde ces thèmes-là en ayant pris le temps de recueillir divers témoignages et essayé de comprendre cet état d’esprit, cette maladie invisible, et SURTOUT qu’elle ait réussi à retranscrire tout ça sans porter de jugement !

Parce qu’ils ne sont jamais loin, ceux qui nous font la morale et prétendent que c’est un manque de volonté, que « quand on veut, on peut « … Grrr que cette phrase m’énerve ! 😡 Ça sert à quoi de dire ça, à part faire encore plus culpabiliser les gens ?! Croyez-moi, les personnes dans cette situation sont déjà bien assez critiques envers elles-mêmes, pas besoin d’en rajouter une louche. Je croirais en entendre certains, selon lesquels vu que j’ai trente ans, je ne devrais plus pleurer… Donc, chers gens que je ne nommerais pas, pardonnez-moi d’être triste parce que je suis handicapée, parce que je ne peux plus courir, ni faire de vélo ou autres sports de ce genre, ni mettre de jolies chaussures à talons, ni même avoir d’enfant, pardonnez-moi d’être blasée lorsque quand j’ose (et je n’ose pas souvent) demander aux gens de passer devant eux, parce que j’ai mal et que je suis prioritaire, on me dévisage, et on me regarde de haut en bas, l’air de dire « mais t’es jeune et t’es debout  » (handicap ne veut pas dire fauteuil roulant, merci), pardonnez-moi d’être amère de m’être faite virée de mon travail à cause de ça, et de ne plus pouvoir exercer à un poste de ce genre, pardonnez-moi d’être découragée de me dire que les études que j’ai faites ne me serviront au final à rien, et de me dire que ce que j’ai fait jusqu’à maintenant a été inutile puisqu’il faut que je reparte de zéro, pardonnez-moi d’en avoir marre de devoir rester à la maison depuis trois ans, d’avoir chaque jour un peu plus l’impression de tourner dans un bocal, et de me sentir de plus en plus inutile. Aaah, si seulement j’avais un peu de volonté… 😠 OUI, je SAIS qu’il y a pire que moi, mais merde à la fin, c’est pas parce qu’il y a pire que je n’ai plus le droit de ressentir ! Sinon, le prochain qui me dis « J’ai faim « , je lui sors une photo de gosse qui crève la dalle et je lui fais bouffer par les narines, vous allez voir s’il y a pire ! Et c’est quoi ces conneries sur l’âge ? Je savais pas qu’à un moment donné on devenait des robots… 🤖 Enfin bref, je m’enflamme, je sais, mais tout ça pour dire, éviter de juger trop facilement quand vous ne savez pas le mal que ça peut faire…

Pour en revenir au livre, parce que c’est ça qui nous intéresse, je conclurais juste en disant que Sophie Jomain a su me toucher au plus profond de mon coeur. Cette autrice a une plume qui vous emporte, peu importe le genre ou le thème sur lequel elle écrit, elle sait toujours trouver les mots justes.

A lire si ce n’est pas déjà fait.

couv16017993
Autrice : Sophie Jomain

Edition : J'ai Lu

Publication : 10 janvier 2018

Pages : 224

Prix : 6,70€

ISBN : 978-2-290-14680-4
Publié dans Chronique

Le projet Bleiberg

💉 Résumé 💉

1942. Pologne. Camp de Stutthof. Le chef suprême de la SS rencontre secrètement le scientifique en charge du plus important projet du 3e Reich.

De nos jours. États-Unis. Jay Novacek, jeune trader new-yorkais, dépressif et alcoolique, reçoit la visite de deux émissaires de l’armée. Son père, haut gradé de l’US Air Force,vient de mourir dans d’étranges circonstances. Aussitôt, la C.I.A. dépêche une pétillante recrue pour protéger le fils du défunt.

Au même moment, près de la base de Langley en Virginie, un agent du Mossad abat un espion à l’issue d’un interrogatoire musclé. Muni de nouvelles informations, il se rend vers son prochain objectif : un certain Jay Novacek.

Venue des heures les plus sombres de l’Histoire, une terrible machination se met en branle, menaçant l’humanité tout entière. N’est-il pas déjà trop tard pour l’arrêter ?

💉 Mon avis 💉

Je remercie très chaleureusement les éditions J’ai Lu pour l’envoi de ce petit pavé ! 😀

Il faut savoir que Le projet Bleiberg, premier tome de cette trilogie et dont je vais vous parler aujourd’hui, me fait de l’œil depuis des années (depuis sa sortie aux éditions Critic à vrai dire), mais je n’ai jamais eu l’occasion de le lire, aussi j’ai été joie, licornes et paillettes lorsque j’ai vu ce titre dans leur catalogue de parution, et je me suis empressée d’en faire la demande. 🙂

Alors déjà, j’aime beaucoup l’objet livre en lui-même, j’adore ce format semi-poche chez J’ai Lu, je le trouve vraiment agréable en mains, et vous allez surement me prendre pour une ouf, mais je kiffe le papier utilisé ! XD 

Autrement, comme je l’ai déjà dit plus haut, c’est une belle briquette (il fait quand même 992 pages, ça fait travailler les bras lorsqu’on lit en position allongée haha), mais bon, normal, c’est une trilogie. 😛

Comme dit également, pour l’instant je n’ai lu que le premier tome, Le projet Bleiberg, c’est donc uniquement de ce tome-ci dont je vais vous parler dans cette chronique aujourd’hui (mais ne vous inquiétez pas, la suite viendra dans les mois à venir 😉 ). Il s’agit d’un thriller historique, mêlant Air Force, CIA, Mossad, autour d’un complot d’envergure mondiale, d’un projet secret prenant ses bases  dans de sombres heures de notre passé.

J’ai trouvé l’histoire vraiment très intéressante et l’intrigue bien menée, même si parfois un tantinet prévisible, par contre je ne me suis pas spécialement attachée aux personnages, que j’ai trouvé un peu clichés, mais je me dis aussi que c’est peut-être à force de lire des ouvrages de ce genre, que je deviens peut-être plus exigeante…

Quoiqu’il en soit, j’ai quand même passé un excellent moment de lecture, j’ai beaucoup aimé le style de l’auteur ainsi que le rythme du récit, qui m’ont fait tourner les pages jusqu’à la fin. Si je ne dis pas de bêtises, il s’agit du premier roman de l’auteur, et c’est à mon sens une belle découverte. Il va sans dire que je lirais la suite très bientôt. 😉 

A savoir aussi qu’une adaptation en BD a été publiée chez Dargaud (mais bon, vous savez, je suis difficile en ce qui concerne les BD, du coup je ne pense pas les lire), et qu’une série télé est en cours de préparation (ça par contre, j’ai super hâte de voir !).

David-KHARA-La-trilogie-Bleiberg
Auteur : David S. Khara

Edition : J'ai Lu (intégrale)

Publication : 11 octobre 2017

Pages : 290 (992 en totalité)

Prix : 15€

ISBN : 978-2-290-14994-2
Publié dans Challenges, Chronique

Noir dehors

Résumé (Time 0_00_00;04)

Ce que j’en pense…

Je remercie d’abord les éditions J’ai Lu pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

En effet, c’est le premier que je lis de cette auteure donc j’y allais en totale découverte. 😉

J’ai beaucoup aimé le fait que Valérie Tong Cuong fasse se rencontrer des personnages qui ne se seraient pas rencontrés dans un autre contexte, qui viennent de milieux différents, qui en ont bien bavé chacun à leur façon. Je me suis d’ailleurs beaucoup attachée à ces personnages, qui ont réussi à me toucher par certains de leurs aspects, même si j’ai été un peu dérangée quand même par l’attitude de Naomi, que j’ai trouvée peu crédible au vu de son passé… J’ai particulièrement aimé le fait qu’ils soient plus complexes que ce qu’on pourrait croire de prime abord, et le message qui s’en dégage, à savoir ne pas juger les gens sur leur apparence ou leur métier, qu’il y a toujours quelque chose derrière la surface, et que les gens ont pleins de facettes différentes, il ne faut pas s’arrêter sur une seule.

Quoiqu’il en soit, c’est un roman certes très court, mais fort en ressenti, puisque cette panne de courant va engendrer des situations qui vont faire un peu cogiter nos personnages et les faire remettre leur vie en question.

Seul petit hic, on n’apprend jamais pourquoi Simon est persuadé que Naomi est quelqu’un d’autre tout au long de l’histoire, et j’aurais bien aimé en savoir un peu plus sur ce point…

En bref, une lecture plutôt bonne, agréable, super bien écrite, mais dont l’histoire ne restera pas dans ma mémoire. A lire si vous êtes fan de contemporain, de Valérie Tong Cuong, ou si vous voulez faire une jolie découverte. 🙂 

Sans titre 1

Publié dans Chronique

Le Premier Miracle

Résumé (Time 0_00_00;00).png

Ce que j’en pense…

Tout d’abord, je remercie chaudement Marie et les éditions J’ai Lu pour l’envoi de ce roman, que je souhaitais découvrir depuis sa sortie en grand format.

Je n’ai pas été déçue puisque je l’ai dévoré ! C’est typiquement le genre de lecture que j’aime, dans le genre « scientifique-historique-ésotérique » à la Dan Brown, avec un excellent cocktail d’action, de mystère, sans oublier l’éternelle touche d’humour de l’auteur.

L’histoire est captivante, le rythme est soutenu et marqué par les rebondissements, et j’ai particulièrement aimé les échanges entre Karen et Benjamin, surtout leurs réparties cinglantes et bourrées d’humour.

J’ai particulièrement aimé la période de l’histoire évoquée, et cette version en est très crédible, on y croirait presque ! Gilles Legardinier a mis les chats de côté un moment, il a pris un risque en voulant écrire autre chose et, à mon sens, c’est une réussite. Amateurs du Da Vinci Code, vous pouvez foncer ! 🙂 

Sans titre 1.jpg

Publié dans Challenges, Chronique

Gary Cook : Le pont des oubliés

Résumé (Time 0_00_00;03).png

Ce que j’en ai pensé :

Merci aux éditions Nathan pour m’avoir permis de découvrir ce premier tome que j’ai beaucoup aimé (bon, en même temps, une histoire avec des navettes spatiales, moi il m’en faut peu mdr 😛 ).

En effet, nous allons y rencontrer Gary Cook et ses deux meilleurs amis Max et Elliot, qui tentent tant bien que mal de survivre sous le pont des Oubliés, dans cet univers dystopique et original où l’eau a quasiment tout englouti.

Mine de rien, je me suis pas mal attachée à ce petit trio, qui ne manque pas de courage bien que la vie ne leur fasse pas de cadeaux, et j’ai beaucoup aimé Gary en particulier, la façon dont il évolue, dont il va s’endurcir face aux épreuves qui l’attendent tout au long du récit.

C’est un roman qui se lit très rapidement, avec des descriptions très visuelles, très cinématographiques, qui font qu’on se représente l’histoire, les lieux, et les personnages, sans aucune difficulté, et ça, pour un univers dystopique, c’est quand même top.

Beaucoup d’action, de retournements, de révélations, on n’a pas le temps de souffler… Et cette fin ! Mais quel suspense et quelle tension ! Rhaaa purée que j’ai hâte d’avoir la suite !

Donc en bref, si vous ne l’avez pas encore compris, ce fût une excellente lecture pour moi. La seule chose qui m’a manquée, c’est le fait qu’on ne nous donne pas de précisions sur la façon dont le monde actuel s’est effondré pour devenir le monde dans lequel Gary vit, on en sait vraiment très peu sur cette « apocalypse » et également sur cette mystérieuse maladie qui se propage sous le pont. J’espère trouver quelques éléments de réponse dans la suite… on verra bien ! 😉

Sans titre 1

d2_orig
Cette lecture s’inscrit dans le challenge Littérature de l’Imaginaire

Quelques images pour vous donner envie :

Publié dans Chronique, Coup de coeur, Salons/Rencontres

Quand on n’a que l’humour…

Résumé (Time 0_00_00;00).png

Ce que j’en pense…

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Michel Lafon, pour l’envoi de ce livre et la confiance qu’ils ont placé en moi, ainsi qu’Amélie Antoine, l’autrice, que j’ai eu la chance de pouvoir rencontrer lors du dernier salon Saint-Maur en Poche, et qui est une personne très agréable et souriante, avec laquelle c’est un plaisir de discuter, et je ne suis d’ailleurs pas repartie les mains vides puisque je lui ai pris son roman précédent, Fidèle au poste, qui était sorti en poche, et que je compte bien me lire dans pas trop longtemps.

Alors, je vous le dis direct : gros COUP DE CŒUR pour ce bouquin ! ❤

J’ai adoré cette écriture fluide, belle, travaillée, et ces petits jeux dans le texte, par exemple le fait que tout nouveau chapitre commence par la dernière phrase du chapitre précédent, ou bien les lettres majuscules dans le titre des chapitres, qui mises bout à bout forment une phrase, répétée de nombreuses fois dans le livre, cette espèce de chasse au trésor dans la partie 2… quelques petits trucs qui ont donné un côté un peu interactif à ce livre, et qui rendent le lecteur un peu plus « acteur » dans le récit et plus proche des personnages aussi. 😀

Personnages qui sont par ailleurs très réalistes, et de ce fait très attachants, et qui dégagent énormément d’émotions. J’ai adoré suivre ces relations père-fils, d’abord entre Edouard et Lucien, puis entre Arthur et Edouard.

Et puis, il y a les différents thèmes abordés, les relations père-fils comme je viens de le dire, mais aussi cette idée, souvent fausse, qu’on se fait de la célébrité, le revers de la médaille, l’argent qui va avec mais qui ne fait pas forcément le bonheur… Ce sont des sujets qui m’ont parlé, une histoire qui a su me toucher et qui m’a marquée, vraiment un très beau livre sur lequel vous pouvez vous jeter les yeux fermés, ou inclure à votre liste de Noël (puisqu’on commence à être dans la période 😛 ).

Sans titre 1