Publié dans Salons/Rencontres

SMeP 2017 : Préparation d’un week-end de folie !

Ça y est, il arrive, il approche à grands pas ! Je veux bien sûr parler du festival du livre Saint-Maur en Poche, qui se déroulera ce week-end, que dis-je, dans quelques jours, les 24 et 25 juin !

Comme chaque année, je compte m’y rendre, c’est un peu un incontournable pour moi, au même titre que Les Imaginales. ❤

Pour info, le salon se situera comme l’an dernier, place des Marronniers, à Saint-Maur-des-Fossés, dans le val de marne, et vous pouvez y accéder très facilement par les transports en commun (RER A, bus).

L’entrée est toujours gratuite, cependant cette année, ils ont dit avoir renforcé la sécurité et que, par conséquent, ils n’autorisaient que 2 livres par personne et par jour à l’entrée…

Vous le savez, je suis toujours honnête avec vous, c’est un peu le hic qui me fait grincer des dents, je comprends tout à fait leurs raisons, et je ne les remets pas en cause, mais j’avoue que n’avoir le droit de n’entrer que 2 livres alors qu’il y a plus de 250 auteurs, ça fout un peu la rage quand même…

Enfin, bref, passons, sinon, il y aura de quoi manger sur place, food truck et compagnie, ce qui est plutôt pas mal ! 😉

Un peu dommage qu’il n’y ait rien de prévu pour les végés, peut-être un point à améliorer l’an prochain, en attendant, tant pis, je vais emmener mon casse-dalle et me réjouir pour les autres. 🙂

Pour ce qui est de mon programme, je l’ai fait juste hier (oui, je suis une fille « dernière minute » je pense que vous l’aurez compris depuis le temps 😛 ), je pense aller voir :

  • Sandrone Dazieri, car je viens de terminer Tu tueras le père, et je l’ai trouvé tellement excellentissime, que je vais me procurer la suite, Tu tueras l’ange, sur place.

  • Les CamHug, pour leur prendre le tome 3 de W3 en poche, ainsi que Ilya Kalinine.

  • Olivier Norek, pour lui acheter Surtensions en poche, car rappelez-vous je l’avais lu en grand format, que j’avais ensuite fait gagner, vu que j’ai les 2 premiers en poche et que je suis monomaniaque, du coup il me les faut tous dans le même format 😛 

  • Claire Favan, Nicolas, Lebel, Ingrid Desjours, pour leur donner le bonjour et les embêter un peu 😉

  • Amélie Antoine, qui m’a gentiment envoyé son dernier roman, je voulais passer pour la rencontrer en personne, la remercier de vive voix, et sûrement lui prendre son livre précédent Fidèle au poste, qui m’intrigue pas mal 

  • Johana Gustawsson, peut-être, parce que je suis en pleine lecture de Block 46 et que pour l’instant, je kiffe ma lecture 😉 

  • Jean-Christophe Portes, dont j’ai entendu parler et dont je voudrais bien découvrir l’univers

  • Armelle Carbonel, puisque j’ai lu ses 2 ouvrages Criminal Loft et Majestic Murder, et que j’aurais la chance et l’honneur de la passer à la question dimanche midi sur la scène des Déblogueurs avec ma binôme de toujours Athénaïs (même si j’avoue que cette année j’ai un peu chié dans la colle niveau organisation, merci choupette de me supporter encore ❤ )

Je vous laisse la liste des auteurs présents ICI, si vous souhaitez aller la consulter. 🙂

Ainsi que la vidéo de notre tête à tête de l’an dernier, avec Nicolas Lebel et Valentin Musso :

N’hésitez pas à me dire si vous aussi vous venez, on pourrait se voir ce serait cool, et puis surtout si vous me croisez, n’hésitez pas à venir me voir, ça me ferait plus que plaisir. 😉 ❤

Voilà, je crois que j’ai tout dis, mais si jamais vous avez des questions, je me ferais un plaisir de vous répondre dans les commentaires ! 🙂 

Publié dans Chronique

Charade

Résumé (Time 0_00_00;00)Ce que j’en pense…

Ce livre prenait la poussière dans ma PAL depuis un moment, et puis j’ai vu que ma belette Athénaïs du blog Un bouquin dans la tasse voulait le lire, alors je lui ai proposé une lecture commune. 🙂

Et je m’en veux vraiment de ne pas avoir sorti cette petite pépite plus tôt de mes étagères !

Même si, au début, la lecture a débuté un peu difficilement parce qu’il y avait un petit quelque chose dans le style de l’auteur qui me gênait, je m’y suis très vite habituée, au point que lâcher le bouquin pour attendre ma comparse était juste une pure torture !

Je vous jure, c’est addictif à un point inimaginable, et pourtant certaines scènes sont vraiment abjectes, c’est glauque, c’est malsain… le meurtrier, laissez-moi vous le dire, est un vrai psychopathe ! Mais j’ai adoré, et j’en redemande !!! XD (faut pas chercher…)

Le seul petit bémol, c’est qu’avec Athénaïs, on avait toutes les deux trouvé assez facilement l’identité du fameux tueur à la charade. Mais bon, au final, ça n’a rien gâché à notre plaisir, donc ce n’est pas terriblement grave… d’autant plus qu’il nous restait le suspense lié à la charade justement, et ça, perso, j’étais très loiiiin de trouver !

En bref, une très belle découverte, une intrigue bien foutue, une ambiance dégueu à souhait, un tueur énigmatique et complètement taré, des personnages très attachants, un vrai puzzle à reconstituer…. c’est 400 pages de bonheur, foncez !!! 

P.S. : et moi je suis toute heureuse parce que je viens de voir qu’il y aura une suite : Cyanure !

Charade.jpg

Publié dans Chronique

Phobie

Résumé (Time 0_00_00;00).pngCe que j’en pense…

J’ai eu la chance de pouvoir me procurer ce livre lors du dernier Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil, et ainsi le découvrir en avant première puisqu’il ne sera mis à la vente que début février !

Et je vous avoue que j’étais super contente puisque, déjà c’est un ouvrage de la super collection Electrogène de chez Gulfstream, qu’il est magnifique, et en plus, celui-là me faisait super envie au vu de son résumé !! ❤

Au final, je ne sais pas trop par quel bout commencer pour vous parler de ce thriller, qui n’en est pas vraiment un, mais en même temps est un peu plus que ça !

J’ai été très surprise par le côté « anticipation » annoncé en 4ème de couverture, ce n’est définitivement pas ce à quoi je m’attendais, et ce n’est pas plus mal ! J’ai adoré toutes les références aux contes de fées, moi qui en suis très friande, tout ça édulcoré à la sauce horrifique. Bref, un beau mélange de plusieurs genres, mais un mélange qui marche et une histoire qui reste cohérente, donc tout va bien !

J’ai aimé ce côté imprévisible aussi, parce que j’avais beau échafauder mille hypothèses, mille théories, l’histoire prenait toujours un sentier auquel je ne m’attendais pas, et ça, purée que c’est bon !

Là où ça a pêché pour moi, ce sont les personnages… Ils sont pourtant bien décrits, bien approfondis, mais je n’ai pas réussi à m’attacher à Anna ni au docteur Fournier, qui sont au centre de l’histoire… Ce sont des personnages qui m’ont été vraiment antipathiques, je ne pouvais pas les supporter, ils m’horripilaient avec leurs cachotteries et leurs manipulations !

Par contre, à l’inverse, j’ai beaucoup aimé le personnage du commandant Ferreira, qui est très impliqué dans son enquête, et qui est dans le même bateau que nous puisqu’il se fait mener par le bout du nez du début à la fin !

Bref, un roman bien écrit, très original, prenant et unique en son genre, qui vous mènera en bateau vers une vérité un peu particulière, qui ne plaira surement pas à tout le monde mais que j’ai su apprécier.  Un livre « ovni » que je vous recommande, et qui débarquera dans vos librairies le 9 février !! (vous savez ce qu’il vous reste à faire 😉 )

sans-titre-1

Publié dans Chronique

Une vraie famille

Résumé :

Il dit s’appeler Ludovic. Un jeune homme sans histoires… En apparence. Les Vasseur, un couple de Parisiens retirés en Bretagne à la suite d’un drame personnel, l’engagent pour quelques travaux. Le mystérieux garçon devient vite indispensable et s’immisce dans leur vie. Quand les Vasseur commencent à avoir des doutes, il est trop tard. Pourtant, la menace qui pèsent sur eux n’est pas celle qu’ils imaginent…

Mon avis :

Après avoir lu Le murmure de l’Ogre, il s’agit là de ma 2ème lecture de Valentin Musso, un roman que j’avais commencé à écouter en livre audio et que j’ai acquis en papier à l’occasion du Saint-Maur en Poche le week-end dernier car j’étais vraiment emballée par l’histoire, la couverture avec la tasse me plait à fond, et puis il faut dira aussi que comme Athénaïs et moi avons passé ce monsieur à la question, j’avais envie de me ramener son dernier livre en souvenir de ce grand moment.

Et autant Le murmure de l’Ogre était très historique (je vous en parle prochainement !), autant ce n’est pas du tout le cas pour celui-ci !

En effet, l’auteur nous entraîne dans un huis-clos palpitant et addictif, dans un climat de tension et de suspicion permanentes, autour de trois personnages : un couple de gens âgés retirés à la campagne, et une jeune homme qui vient chambouler leur quotidien.

Le livre est construit de façon très intelligente et intéressante en trois parties, une pour chaque personnage, où ils y sont développés chacun leur tour, et où l’auteur nous offre révélation sur révélation, dont un énorme twist à la fin de la première partie qui m’a laissée le cul scotché sur ma chaise !

Rien n’est laissé au hasard et il ne faut surtout pas se fier aux apparences !

Gros big up pour la psychologie travaillée des personnages !

En bref : une claque ! Allez-y, foncez !

Sans titre 1

Publié dans Bla Bla Blog, Salons/Rencontres

Saint-Maur en Poche : infos pratiques et programme !

Hello hello les licornes !!

Je vous retrouve aujourd’hui à J-1 du Saint-Maur en Poche (plus qu’un jour, yeaaaaye !!) pour vous faire un petit récap autour de ce salon.

Oui, je sais, je n’arrête pas de vous en parler en long, en large et en travers sur les réseaux sociaux, mais c’est parce que ce salon vaut vraiment le coup et je l’attends chaque année avec impatience !

cropped-sitesmp

Et pour passer un bon salon et être sûr de ne rencontrer aucun pépin, même si de pépins au Saint-Maur en poche il n’y en a point, je vous donne ci-dessous les infos pratiques. 😀

Le salon se déroulera donc les 18 et 19 juin mais attention cette année il change de lieu ! Il se tiendra désormais sur la Place des Marronniers, toujours à Saint-Maur-des-Fossés dans le 94.

Je vous vois déjà venir avec vos « Oh Saint-Maur c’est loin… » !

Je vous en prie, pas de ça entre nous !

Pour y arriver, il vous suffit de prendre le RER A et de descendre à Parc de Saint-Maur, où soit vous vous rendez au salon à pieds, soit vous empruntez le service de navettes mis en place par le salon.

Vous pouvez également continuer sur le RER A jusqu’à Saint-Maur / Créteil, et prendre le bus 306 jusqu’à l’arrêt Les Marronniers.

Vous voyez, c’est facile ! 😉 

data=RfCSdfNZ0LFPrHSm0ublXdzhdrDFhtmHhN1u-gM,-olTqJ0ToMZlsjTQc6WY92iTCyxGOCs8p-y0Y5z61Rfsi23QfANsfFAiHOYXknqZe60OCcM8QIAUlAiS2vHNbkCG2X81Kdl0SGLaXGDdqmAClh2fZpAAD4XFIGC7pbWjQqqlEnNJrtqjvn0K2vD_HesZdf9pg_-RJ7hBxfNw5GXBrfP7z

Au niveau des horaires, le salon se déroulera dans la joie et la bonne humeur le samedi de 10h à 19h, et le dimanche de 10h à 18h.

Vous ne voulez pas vous encombrer avec un sandwich un peu fade ? Pas de problème puisque le salon accueillera aussi de quoi vous sustenter ! Vous pourrez en effet y trouver un food truck, une crêperie, ainsi qu’un salon de thé.

En ce qui concerne le programme, plus de 200 auteurs seront présents, et pas des moindres ! Vous pouvez retrouver la liste ICI.

En plus de tout ça, deux scènes accueilleront les différentes interviews, dont le plateau des Déblogueurs où Athénaïs et moi-même auront l’immense chance et honneur de poser quelques questions à Valentin Musso et Nicolas Lebel le samedi à 18h15. J’en ai déjà mal au bide !

Retrouvez le programme des dédicaces et des interviews ICI.

Sachez également que pour l’occasion, la reine a fait le déplacement ! Si, si !

Vous pourrez même prendre un selfie avec elle samedi dès 12h30 devant la mairie.

Je vous laisse allez checker la page Facebook du salon pour plus d’infos à ce sujet. 😉

Mais je peux déjà vous dire qu’un concours de chapeaux sera organisé, donc n’hésitez pas à venir accessoirisés !

Et enfin, mon programme perso, eh bien je n’en ai pas vraiment, je pensais faire comme aux Imaginales, au feeling ! La technique avait bien marché là-bas, pas de prise de tête, pas de course pour les dédicaces, pour mieux profiter un max du salon ! ❤

Je déambulerais donc un peu au hasard parmi les auteurs, mais vous pourrez quand même essayer de me trouver autour des auteurs suivants : Claire Favan, Maud Mayeras, Olivier Norek, Nicolas Lebel, Ingrid Desjours, Jean-Christophe Grangé, Charlotte Bousquet, Olivier Gay, les CamHug…

Voilà, vous êtes fin prêts !! On se dit à demain ?? Mais si, vous venez, c’est obligé ! Vous ne regretterez pas le déplacement, vous verrez 😛 

Publié dans Chronique

Glacé

Résumé :

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.

Ce même jour une jeune psychologique prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Mon avis :

J’ai mis un petit moment avant de découvrir ce premier roman de Bernard Minier, que j’avais pourtant acheté au festival Saint-Maur en Poche l’an dernier, sous les conseils de mon amie Chloé (Les Reliques du Lecteur, CloHEY sur Etsy). Pour tout vous dire, j’avais peur qu’à force de n’en avoir entendu que du bien, je sois déçue par le contenu.

Mais non, j’ai vraiment pris plaisir à découvrir cet auteur, qui nous emmène loin, loin dans un lieu reculé des Pyrénées, dans le froid et la neige… 

Car, en plus de la couverture qui nous met tout de suite dans l’ambiance, l’auteur nous plonge dans cette atmosphère glaciale, isolée, bref : angoissante !

On y suit tour à tour trois personnages : Diane Berg, psychologue, qui vient faire un stage d’un an dans l’institut psychiatrique de la région, là où sont regroupés pas mal des plus grands psychopathes de la planète, ceux que l’on ne peut placer nulle part ailleurs car trop dangereux; et le duo Servaz / Ziegler, qui vont enquêter ensemble sur toute une série de meurtres étranges…

J’ai beaucoup aimé le personnage de Servaz, personnage central de ce récit, et dont l’histoire est d’ailleurs très développée tout au long du roman. C’est un personnage bon, honnête, qui se veux fort mais qui a quand même ses fêlures, ce qui le rend d’autant plus humain et appréciable. Il essaye de faire face à la vie du mieux possible, et de concilier son boulot qui l’accapare avec sa vie personnelle pas toujours évidente. Personnellement, j’ai éprouvé beaucoup de sympathie à son égard. Son collègue Espérandieu est lui aussi un personnage à part, et, bien que secondaire, je l’ai également adoré.

J’ai également très apprécié le personnage de Ziegler, une femme forte, qu’on apprend à découvrir petit à petit, et qui se révèle pleine de surprises !

A l’inverse, je suis restée indifférente face à Diane Berg, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle, même si je reconnais qu’elle est courageuse. Par contre, j’ai vraiment aimé la relation qu’elle développe avec Julian Hirtmann, le détenu le plus dangereux de l’institut. Ça m’a fait un peu penser à la relation Clarice Starling / Hannibal Lecter, dans Le Silence des Agneaux.

Et à ce propos, j’ai trouvé que le côté « psychiatrique » de l’histoire n’était pas assez exploité. Tous les ingrédients étaient réunis là, pour nous faire frissonner et même carrément nous foutre les jetons, mais non. L’auteur nous place quand même dans un institut contenant des individus « hors normes », censés être des génies du mal, et que l’on voit au final très peu. J’aurais aimé plus de passages entre Hirtmann et Diane par exemple.

En ce sens, ce roman tient pour moi bien plus du polar que du thriller. En réalité, l’angoisse ressentie est plus un effet des paysages, du cadre, de l’atmosphère extérieure, que de l’enquête en elle-même.

Le style d’écriture est excellent, l’intrigue est complexe, mais j’avoue avoir été un tantinet déçue d’avoir trouvé plusieurs des coupables avant la fin, ça m’a gâché l’effet de surprise.

En fait, j’ai l’impression que beaucoup de romans de ce genre suivent un même schéma, à savoir, nous mettre sur une fausse piste avant de nous faire les révélations, comme pour « tromper » le lecteur.

C’est exactement la sensation que j’ai eu ici, que l’auteur essayait à un moment de nous mettre un doute sur un personnage, mais le truc est tellement « gros » et, à force de nous la faire, ça ne prend plus ! Ça ne fait que rajouter des pages et rendre l’enquête un peu plus longue, avec des éléments qui n’apportent pas grand chose à l’enquête.

Tout comme les passages narrant l’histoire personnelle de Servaz avec sa fille… c’est sûr que ça permet d’en apprendre plus sur lui, mais ça n’apporte rien à l’enquête, et en plus ça nous coupe de l’histoire principale.

J’ai adoré le retour en arrière sur une enquête plus ancienne, ça avait un petit côté Cold Case, et j’aime cette série autant qu’un bon thé. 😉

J’ai également trouvé très intéressant le rapport au froid, au blanc, présents tout au long du récit sous différentes facettes. J’ai tendance à penser que le froid et le meurtre vont de paire, et le blanc ici nous rattrapait sans cesse, le blanc de la neige, des montagnes, mais aussi le blanc de l’institut, qui se mariait aussi très bien avec l’immensité de l’établissement, le blanc des vêtements du personnel hospitalier, le blanc immaculé de l’innocence, celles qui ont été brisées dans cette histoire…

En bref, un bon polar, très intéressant, dont l’intrigue est assez complexe, qui manque un peu de suspense mais qui est très addictif. C’est pas le livre qui va changer votre vie, mais c’est très bon quand même !

minier + infos

Citations :

– Vous croyez que mes crimes rendent vos mauvaises actions moins condamnables ? Vos petitesses et vos vices moins hideux ? Vous croyez qu’il y a les meurtriers, les violeurs, les criminels d’un côté et vous de l’autre ? C’est cela qu’il vous faut comprendre : il n’y a pas une membrane étanche qui empêcherait le mal de circuler. Il n’y a pas deux sortes d’humanité. Quand vous mentez à votre femme et à vos enfants, quand vous abandonnez votre vieille mère dans une maison de retraite pour être plus libres de vos mouvements, quand vous vous enrichissez sur le dos des autres, quand vous rechignez à verser une partie de votre salaire à ceux qui n’ont rien, quand vous faites souffrir par égoïsme ou par indifférence, vous vous rapprochez de ce que je suis.

Le trailer de la série :

Bernard Minier au Saint-Maur en Poche:

Publié dans Chronique, Coup de coeur

Territoires

Résumé :

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.

La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer…

Mon avis :

Après mon coup de cœur pour son précédent livre Code 93, je n’ai pas tenu bien longtemps avant de me jeter sur la suite : Territoires.

Et que c’est bon ! Un peu crado, un peu violent, une ambiance particulière qui n’appartient qu’à lui, tout est là, la même chose que pour le premier, mais avec un petit quelque chose en plus qui le rend encore meilleur !

En effet, si l’action se déroule toujours dans le 93, et qu’on retrouve toujours Coste et son équipe, on sent bien que l’auteur a franchi un cap, qu’il a évolué pour nous livrer un récit bien plus mature, une intrigue bien plus complexe, des émotions bien plus fortes (oui, même la fameuse scène du chat !).

Le style d’Olivier Norek est toujours aussi simple et fluide, il ne s’embarrasse pas de descriptions inutiles et va à l’essentiel, et les chapitres courts apportent du dynamisme à l’ouvrage. C’est addictif, et ça se dévore !

Mais je pense que la force de Norek se situe dans le fait qu’il parle au lecteur comme s’il racontait une histoire à un ami, et il nous donne l’impression de regarder un épisode de série télé, tant qu’au final on en vient à se demander où s’arrête la réalité et où commence la fiction…

Ici, il nous plonge dans un milieu marqué par les trafics de drogue, un monde très réaliste, où on n’arrive pas, tout du long, à deviner qui tient les ficelles.

En bref : Nouveau roman, nouveau coup de cœur. ❤ Définitivement un auteur à suivre et à découvrir ! À quand le troisième ??? (meurs d’impatience !)

Je tenais aussi à remercier les éditions Pocket et Olivier Norek, qui ont généreusement offert le roman à beaucoup de blogueurs (et donc à moi) ! 😛 Rien que pour ça, ils sont trop cool ❤

Sans titre 2

Olivier Norek parle de Territoires :