Publié dans Chronique

Glacé

Résumé :

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.

Ce même jour une jeune psychologique prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.

Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Mon avis :

J’ai mis un petit moment avant de découvrir ce premier roman de Bernard Minier, que j’avais pourtant acheté au festival Saint-Maur en Poche l’an dernier, sous les conseils de mon amie Chloé (Les Reliques du Lecteur, CloHEY sur Etsy). Pour tout vous dire, j’avais peur qu’à force de n’en avoir entendu que du bien, je sois déçue par le contenu.

Mais non, j’ai vraiment pris plaisir à découvrir cet auteur, qui nous emmène loin, loin dans un lieu reculé des Pyrénées, dans le froid et la neige… 

Car, en plus de la couverture qui nous met tout de suite dans l’ambiance, l’auteur nous plonge dans cette atmosphère glaciale, isolée, bref : angoissante !

On y suit tour à tour trois personnages : Diane Berg, psychologue, qui vient faire un stage d’un an dans l’institut psychiatrique de la région, là où sont regroupés pas mal des plus grands psychopathes de la planète, ceux que l’on ne peut placer nulle part ailleurs car trop dangereux; et le duo Servaz / Ziegler, qui vont enquêter ensemble sur toute une série de meurtres étranges…

J’ai beaucoup aimé le personnage de Servaz, personnage central de ce récit, et dont l’histoire est d’ailleurs très développée tout au long du roman. C’est un personnage bon, honnête, qui se veux fort mais qui a quand même ses fêlures, ce qui le rend d’autant plus humain et appréciable. Il essaye de faire face à la vie du mieux possible, et de concilier son boulot qui l’accapare avec sa vie personnelle pas toujours évidente. Personnellement, j’ai éprouvé beaucoup de sympathie à son égard. Son collègue Espérandieu est lui aussi un personnage à part, et, bien que secondaire, je l’ai également adoré.

J’ai également très apprécié le personnage de Ziegler, une femme forte, qu’on apprend à découvrir petit à petit, et qui se révèle pleine de surprises !

A l’inverse, je suis restée indifférente face à Diane Berg, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle, même si je reconnais qu’elle est courageuse. Par contre, j’ai vraiment aimé la relation qu’elle développe avec Julian Hirtmann, le détenu le plus dangereux de l’institut. Ça m’a fait un peu penser à la relation Clarice Starling / Hannibal Lecter, dans Le Silence des Agneaux.

Et à ce propos, j’ai trouvé que le côté « psychiatrique » de l’histoire n’était pas assez exploité. Tous les ingrédients étaient réunis là, pour nous faire frissonner et même carrément nous foutre les jetons, mais non. L’auteur nous place quand même dans un institut contenant des individus « hors normes », censés être des génies du mal, et que l’on voit au final très peu. J’aurais aimé plus de passages entre Hirtmann et Diane par exemple.

En ce sens, ce roman tient pour moi bien plus du polar que du thriller. En réalité, l’angoisse ressentie est plus un effet des paysages, du cadre, de l’atmosphère extérieure, que de l’enquête en elle-même.

Le style d’écriture est excellent, l’intrigue est complexe, mais j’avoue avoir été un tantinet déçue d’avoir trouvé plusieurs des coupables avant la fin, ça m’a gâché l’effet de surprise.

En fait, j’ai l’impression que beaucoup de romans de ce genre suivent un même schéma, à savoir, nous mettre sur une fausse piste avant de nous faire les révélations, comme pour « tromper » le lecteur.

C’est exactement la sensation que j’ai eu ici, que l’auteur essayait à un moment de nous mettre un doute sur un personnage, mais le truc est tellement « gros » et, à force de nous la faire, ça ne prend plus ! Ça ne fait que rajouter des pages et rendre l’enquête un peu plus longue, avec des éléments qui n’apportent pas grand chose à l’enquête.

Tout comme les passages narrant l’histoire personnelle de Servaz avec sa fille… c’est sûr que ça permet d’en apprendre plus sur lui, mais ça n’apporte rien à l’enquête, et en plus ça nous coupe de l’histoire principale.

J’ai adoré le retour en arrière sur une enquête plus ancienne, ça avait un petit côté Cold Case, et j’aime cette série autant qu’un bon thé. 😉

J’ai également trouvé très intéressant le rapport au froid, au blanc, présents tout au long du récit sous différentes facettes. J’ai tendance à penser que le froid et le meurtre vont de paire, et le blanc ici nous rattrapait sans cesse, le blanc de la neige, des montagnes, mais aussi le blanc de l’institut, qui se mariait aussi très bien avec l’immensité de l’établissement, le blanc des vêtements du personnel hospitalier, le blanc immaculé de l’innocence, celles qui ont été brisées dans cette histoire…

En bref, un bon polar, très intéressant, dont l’intrigue est assez complexe, qui manque un peu de suspense mais qui est très addictif. C’est pas le livre qui va changer votre vie, mais c’est très bon quand même !

minier + infos

Citations :

– Vous croyez que mes crimes rendent vos mauvaises actions moins condamnables ? Vos petitesses et vos vices moins hideux ? Vous croyez qu’il y a les meurtriers, les violeurs, les criminels d’un côté et vous de l’autre ? C’est cela qu’il vous faut comprendre : il n’y a pas une membrane étanche qui empêcherait le mal de circuler. Il n’y a pas deux sortes d’humanité. Quand vous mentez à votre femme et à vos enfants, quand vous abandonnez votre vieille mère dans une maison de retraite pour être plus libres de vos mouvements, quand vous vous enrichissez sur le dos des autres, quand vous rechignez à verser une partie de votre salaire à ceux qui n’ont rien, quand vous faites souffrir par égoïsme ou par indifférence, vous vous rapprochez de ce que je suis.

Le trailer de la série :

Bernard Minier au Saint-Maur en Poche:

Un commentaire sur « Glacé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s