Publié dans Book to Movie, Chronique, Coup de coeur

La voleuse de livres

Résumé :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité.

Liesel Meminger y est parvenue.

Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.

Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt ? Ou sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret…

Celui qui l’a aidée à survivre et a même inspiré à la Mort ce joli surnom : la Voleuse de livres…

Mon avis :

J’avais envie de découvrir cet ouvrage depuis sa sortie en grand format, parce que la seconde guerre mondiale, c’est un sujet qui m’a toujours interpellée et intéressée, même si bien souvent j’en sors en larmes… Et pourtant, ça n’a rien de vraiment personnel, puisque les seuls membres de mon entourage l’ayant vécue ne sont plus présents pour m’en parler, cependant c’est un sujet qui m’a toujours beaucoup touchée. et que j’aime découvrir, malgré l’horreur de certains événements. C’est quelque chose qui me remue à l’intérieur, et je me dis que ce n’est pas si vieux que ça, et pourtant, la majorité des jeunes de ma génération ont déjà oublié… Enfin bref, je ne suis pas là pour vous raconter ma vie, mais je voulais juste vous exposer les raisons qui ont très probablement contribué à ce que ce livre soit pour moi un coup de cœur. Car oui, ça en a été un, et même un sacré !

On suit donc ici l’histoire d’une fillette, une survivante, durant la seconde guerre mondiale en Allemagne, Liesel Meminger, surnommée par la Mort, qui est ici la narratrice, « la Voleuse de Livres ».

Liesel, recueillie par les Hubermann, ne comprend pas cette guerre, ne comprend pas pourquoi sa mère l’a abandonnée chez des étrangers.

Elle n’a qu’une dizaine d’années, ce n’est qu’une enfant, et ça m’a pas mal plu de voir cet événement majeur de l’Histoire à travers son regard, de découvrir sa vie, sa famille d’accueil, ses amis…

J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour le personnage de Hans Hubermann, la figure paternelle, doux, aimant, un véritable papa ours, qui essaye de créer de la joie et du bonheur dans un décor de misère, et qui distribue tout ça autour de lui, un homme qui se plie aux règles pour protéger sa famille, mais qui ne se laisse pas écraser non plus, un homme de valeur, qui a des tripes comme aujourd’hui beaucoup n’en ont plus, qui essaye de faire ce qu’il croit juste et bon, malgré les risques que cela comporte. C’est un homme qui a du cran, qui a du cœur, qui donne en n’attendant rien en retour, c’est une très belle personne que je n’ai pu qu’admirer.

C’est lui qui apprend à lire à Liesel, la nuit, en secret, alors que dehors ils brûlent des tonnes d’ouvrages (car tout le monde le sait, les livres mènent à la connaissance et le savoir est une arme :P), et il est je pense le déclencheur de cette fascination et cette passion qu’elle a pour les livres.

Pour ce qui est du personnage de Rudy Teiner, le meilleur ami de Liesel qui habite la maison voisine, je l’ai trouvé sympathique, mais au final, je ne me suis pas tant attachée que ça à lui, et j’ai trouvé ça un peu dommage car il est pas mal présent tout au long du récit, mais je ne sais pas, il m’a manqué un petit quelque chose avec lui…

Et puis il y a Max, le fils d’un ancien ami de Hans, qui est juif, et que ce dernier cache chez lui. Il est beaucoup plus vieux que Liesel, et pourtant une véritable complicité s’installe entre ces deux-là. J’ai énormément aimé voir se développer leur relation au fur et à mesure que Liesel grandit, et le besoin qu’ils se créent l’un pour l’autre. Elle a ce lien particulier avec les mots, pour raconter des histoires, imaginer, rêver… et elle s’en sert pour lui « raconter » le monde extérieur, le temps qu’il fait, à lui qui ne voit que les quatre murs de la cave. Il y a un accent très fort sur le pouvoir des mots, le pouvoir de l’imagination, et j’ai adoré ça !

J’ai également adoré la façon très originale dont est construite le livre, où chaque partie correspond au titre d’un livre volé dans ladite partie, livre qui va lui-même apporter quelque chose, avoir une influence sur la vie de Liesel. Tout est savamment orchestré, tout est pensé, réfléchi, tout à une importance, rien n’est laissé au hasard, et je trouve ça génial.

Et le fait que ce soit la Mort qui narre l’histoire, et qu’elle voue cette attention à Liesel, rajoute à ça une touche d’originalité qui fait sortir ce livre du lot.

Bon, comme prévu, je n’ai pas résisté, la fin m’a arrachée des larmes ! C’est un livre qui  nous fait passer par tout un panel d’émotions, on ressent énormément de choses, c’est une histoire qui accroche, qui marque et qui reste après la lecture.

C’est, à mon sens, ce qui en fait un livre excellent : on ne s’en détache pas comme ça !

Et puis, il y a le côté historique, culturel, qui est très intéressant également, et très bien exploité je trouve, car il n’est ni trop présent, ni pas assez, mais juste ce qu’il faut.

A travers ces pages, on prend vraiment conscience que la guerre, ce n’est pas juste un camp de méchants contre un camp de gentils, c’est en réalité beaucoup plus complexe que ça… On voit bien que tous les Allemands ne soutenaient pas Hitler, mais étaient engagés dans un régime de peur et/ou d’ignorance face à ce qu’il se passait. Beaucoup refusaient de voir la réalité, faisaient semblant, pas forcément par peur directe pour eux-mêmes, mais tout simplement pour leur famille et leurs proches. Dans le livre, on voit bien se dessiner deux catégories : ceux qui suivaient Hitler car ils croyaient en ses idées, et ceux qui suivaient par crainte, par soumission. On a l’exemple, même au sein de la famille Hubermann, de Hans qui n’est pas du tout d’accord avec ces idées, et de son fils, qui est pro-Hitler, ce qui amène de nombreuses disputes entre eux.

Mais je me pose la question, peut-on vraiment blâmer ces gens ? Encore aujourd’hui, l’effet de masse existe, beaucoup de gens suivent le troupeau, l’effet de mode, ou appelez ça comme vous voulez, toujours est-il qu’il n’est pas facile de dire noir lorsque tout le monde autour de vous dit blanc ! Qui n’a jamais entendu comme argument « tout le monde le fait » ? Qui n’a jamais suivi alors qu’il n’en avait pas envie, juste parce qu’il ne voulait pas se sentir exclu ou isolé ? Le fait est qu’il faut beaucoup de courage et de force de caractère pour se démarquer, et je me dis que le jugement et la critique sont faciles, mais à leur place, qu’aurions-nous fait ?

Comme vous le voyez, c’est une histoire, mais également un peu plus. C’est un texte qui donne matière à réfléchir, et je pense que c’est aussi ce qui lui a donné tant de valeur à mes yeux. Et d’ailleurs, durant toute cette lecture, une chanson que j’affectionne particulièrement n’a pas arrêté de tourner dans ma caboche : Né en 17 à Leidenstadt, de JJ Goldman… Ça collait tout à fait avec le thème et le genre de questions que je me posais alors.

C’est, au final, un livre très humain, dans lequel on s’attache énormément aux personnages, et pour moi, vous l’aurez compris, un véritable joyau que je n’aurais de cesse de conseiller.

J’ai même obligé ma mère à le lire, alors vous n’avez pas d’excuse !

Markus ZUSAK_La voleuse de livres+infos

Citations :

Cet homme était un homme mort.

Dans cinq minutes, sans aucun doute, il tomberait dans le caniveau allemand et il mourrait sous les yeux des badauds qui ne lèveraient pas le petit doigt.

Et puis, un être humain.

Hans Hubermann.

Un mot sur l’adaptation :

J’avais une petite appréhension vis-à-vis de l’adaptation, mais je dois dire que j’ai été plus que ravie ! Le récit est bien suivi, on se croirait limite dans le livre, les acteurs sont fabuleux, ils jouent magnifiquement, et physiquement, ils ressemblent à ce qui était décrit et à ce que je m’étais représenté à la lecture. En fait, j’ai eu l’impression de voir sur écran ce que je m’étais imaginé dans ma tête, et c’était vraiment quelque chose. et comme pour le livre, à la fin, j’ai versé ma larme…

C’était une très belle adaptation pour moi ! A voir et revoir ! ❤

Trailer :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s