Publié dans Chronique

Queen Betsy, tome 1 : Vampire et Célibataire

Résumé :

Mourir, ça fait réfléchir… Par exemple, cette semaine, j’ai perdu mon boulot, je suis morte dans un accident et, quand je me suis réveillée à la morgue, j’étais devenue une vampire. Bon, il y a des côtés positifs : je suis désormais super forte et les hommes semblent bien plus sensibles à mon charme de suceuse de sang. Il faut juste que je m’habitue à mon nouveau régime liquide…

Autre problème : mes amis du monde de la nuit disent que je suis une sorte de reine annoncée par une prophétie ridicule. Ils ont besoin de moi pour renverser un vampire assoiffé de pouvoir, au look trop ringard ! Le cadet de mes soucis ! Sauf qu’ils ont des moyens de pression efficaces, comme la nouvelle collection Manolo Blahnik ; une fille qui se respecte ne peut pas dire non…

Mon avis :

J’ai reçu ce livre à l’occasion du swap chick-lit auquel j’ai participé sur Livraddict, et comme j’avais envie de le lire depuis très longtemps, et qu’il y avait une lecture commune organisée sur Livraddict par malvina75, et qu’en plus il fait partie du baby challenge sur Livraddict (toujours !) également, je l’ai attaqué sans trop tarder. Ou comment faire d’une pierre, trois coups !

De prime abord, je trouvais que cette série ressemblait beaucoup à la série Sarah Dearly de Michelle Rowen, publiée également chez Milady, surtout au niveau du fil rouge. En effet, on retrouve dans les deux cas une héroïne fana de mode, presque superficielle, qui se retrouve du jour au lendemain transformée en vampire et embarquée dans leur monde sans en connaître les règles, et qui justement va avoir un rôle capital et les régenter ces règles ! Lorsqu’en plus de ça, les deux se font sauver/aider par un vampire archi-vieux mais archi-canon, qui est un genre de boss chez les suceurs de sang, il y a de quoi avoir peur de lire la même la même chose deux fois… Non ?

Toutefois, j’ai vraiment été surprise car ça n’a pas du tout été le cas, et mes craintes ont vite fondues comme neige au soleil !

J’ai trouvé Betsy un peu plus drôle que Sarah, elle trouve toujours des expressions ou des répliques pour le moins particulières, et qui ont le don de me faire sourire, et elle se met toujours dans des situations cocasses ! Tout est drôle dans ce livre, du titre au nom de l’héroïne, à la façon dont elle devient vampire, qui est plutôt inhabituelle, c’est le moins qu’on puisse dire !

De ce point de vue, j’ai trouvé que le personnage de Betsy était un peu plus chick-lit que celui de Sarah Dearly… une héroïne de chick-lit dans un roman bit-lit en gros !

J’ai beaucoup aimé la relation un peu hate/love de Betsy et Eric Sinclair, et les amis de Betsy, Jessica et Marc, qui apportent une touche de fraîcheur au récit, et permettent d’approfondir un peu le personnage de Betsy afin qu’elle ne reste pas qu’une banale fille maladroite  stéréotypée de chick-lit.

Quant à la fin, elle est assez… inattendue ! Je m’attendais à ce qu’on ait un super vilain méchant qui reste tout au long de la saga, et du coup je me demande ce que vont nous réserver les autres tomes !

Et du coup, ce tome ne s’arrête pas en plein cliffhanger, ce que je trouve plutôt cool parce qu’il n’y a pas d’extrême nécessité d’acheter/lire tout de suite le tome 2.

En effet, même si j’ai très envie de découvrir la suite des aventures de Betsy, me concernant je sais que ce ne sera pas pour tout de suite, car j’ai d’autres lectures prévues avant, ne serait-ce que les services de presse et challenges…

En bref, j’ai adoré ce livre ! Que ce soit au niveau de l’histoire ou des personnages. Rien de bien fou, rien de bien extraordinaire, mais j’ai beaucoup rit pendant cette lecture, et justement j’ai vraiment apprécié ce côté « détente » lors de cette lecture !

MaryJanice DAVIDSON1+infos

Citations :

Betsy, écœurée par les chaussures à mes pieds et prête à donner n’importe quoi (pourquoi pas mes nouvelles canines ?) pour l’autographe de Colin Farrell.

Colin Farrell… En voilà un qui ferait un en-cas appétissant !

A présent, l’exercice était presque trop facile. Je me sentais euphorique. Ça me demandait autant d’effort que pour ouvrir une boîte de Pringles. J’étais rapide, j’étais forte, j’étais… Spider-vampire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s